Phytothérapie

De la tradition à la phytothérapie

La phytothérapie est la médecine par les plantes. C’est la plus ancienne des médecines employées par l’homme. Même des animaux utilisent instinctivement des plantes pour se soigner.

À partir du 19ème siècle, les scientifiques ont identifié les substances actives présentes dans les plantes et les ont isolées pour obtenir les médicaments chimiques, de plus en plus actifs, mais de moins en moins respectueux de notre équilibre.

La phytothérapie du 21ème siècle se doit d’offrir des solutions à la fois douces et actives, qui répondent aux attentes des patients, des médecins et des pharmaciens.

Le principe actif est la substance qui, dans la plante, possède les propriétés recherchées.

 

Outre leur action aujourd’hui largement démontrée, les plantes offrent l’immense avantage d’agir en douceur, avec un minimum d’effets négatifs. Cette caractéristique de la phytothérapie lui confère une place privilégiée dans le traitement de nombreuses affections courantes.

 

Les plantes se consomment sous plusieurs formes

  • Infusion : de l’eau bouillante est versée sur la plante, qui repose ensuite pendant 3 à 10 minutes.
     
  • Macération : la plante est maintenue dans de l’eau froide durant quelques heures à quelques jours, en fonction du type de plante.
     
  • Décoction : la plante est bouillie pendant 5 à 10 minutes, puis refroidie et filtrée.
     
  • Teinture mère : elle résulte de la macération de la plante séchée dans de l’alcool à 40°, 60° ou 80°.
     
  • Poudre totale : elle est produite par broyage de la plante séchée. La poudre obtenue est généralement mise en gélules.
     
  • Extrait standardisé de plante : concentré obtenu par évaporation d’un macérat préparé à partir de la plante (l’extrait est comparable au café soluble). Cette méthode permet d’extraire l’essentiel des composants utiles et de toujours maîtriser la teneur en actifs; on parle de la standardisation d’un extrait.